Écouter et télécharger de la musique légalement et gratuitement

télécharger de la musique

Le téléchargement illégal de musique a été une question débattue et légiférée. Aujourd’hui, ce n’est plus au centre de l’actualité grâce aux plateformes comme Deezer, Spotify ou encore Apple Music. A côté de ces offres payantes, il est aussi possible d’écouter et ou de télécharger de la musique gratuitement.

Comment écouter de la musique gratuitement et légalement sur Internet ?

écouter musique en ligneAinsi, si vous aimez la musique, vous n’avez aucune excuse pour en profiter, même si c’est gratuitement. Et légal aussi, d’ailleurs. Les options sont nombreuses et variées. Il existe même des sites spécialisés dans le téléchargement de musique pour des projets audiovisuels personnels ou professionnels.

Toutefois, n’oubliez pas que la musique légale et gratuite, généralement dans le domaine public, ne doit pas nécessairement être connue ou provenir d’artistes ou de groupes que tout le monde écoute. De plus, cela peut être une bonne occasion de connaître des groupes prometteurs avant qu’ils ne deviennent populaires.

SoundCloud

Une vieille connaissance de la musique gratuite et légale. SoundCloud est l’endroit idéal pour connaître la bonne musique et aussi pour faire connaître vos chansons en dehors du circuit commercial. Streaming et téléchargement.

Dans ce dépôt de téléchargement de musique, vous pouvez rechercher des artistes, des groupes ou des chansons par mot clé, rechercher les chansons les plus populaires, trouver des listes de lecture, créer vos propres listes… Et vous pouvez faire tout cela et bien plus encore depuis leur site web ou depuis leurs applications pour iPhone et Android.

Jamendo

telechargement-musiqueAvec SoundCloud, Jamendo est une autre excellente occasion de découvrir de la bonne musique gratuitement. En streaming ou en téléchargement gratuit, vous pouvez trouver des recommandations, filtrer par genre et/ou pays…

Parmi ses particularités, certaines chansons comportent des paroles. Vous pouvez également utiliser des balises pour filtrer les styles musicaux que vous aimez. Et si vous aimez vraiment une chanson ou un album, vous pouvez le partager en ligne avec vos amis et connaissances sur les réseaux sociaux.

LAST.FM

Last.FM est l’un des réseaux sociaux musicaux les plus populaires au monde. Depuis son lancement en 2002, le site n’a cessé d’évoluer, diffusant le meilleur de la musique actuelle à partir de YouTube.

En outre, il permet également le téléchargement gratuit de chansons. N’oubliez pas que vous ne trouverez pas d’artistes connus dans cette section, mais c’est une bonne option si vous voulez vous rafraîchir les oreilles avec des artistes émergents.

PureVolume

Il s’agit d’un des meilleurs sites web proposant de la bonne musique d’artistes émergents. En faisant des recherches, nous avons vu qu’ils ont aussi des chansons d’artistes connus.

L’objectif de ce site d’écoute musicale est de diffuser les chansons de ces artistes moins connus et émergents. Pour y accéder, les utilisateurs peuvent s’inscrire soit en tant qu’artistes, soit en tant qu’auditeurs. En outre, vous pourrez voir différents classements, notamment celui des chansons les plus téléchargées.

Il ne s’agit pas seulement d’un site de téléchargement de musique MP3, mais il est également équipé d’un certain nombre de fonctions conçues pour l’écoute de musique en ligne. Vous pouvez créer des listes de lecture personnalisées, ajouter des chansons, enregistrer vos artistes préférés… Tout cela, afin de pouvoir accéder à nouveau au site web et écouter votre musique.

Une fonctionnalité que nous avons trouvée très intéressante est la possibilité d’intégrer les chansons sur votre site web.

Musopen

Si vous recherchez de la musique classique, vous apprécierez Musopen, un endroit où vous pouvez télécharger de la musique de chambre, de la musique orchestrale ou de la musique de noms emblématiques tels que Chopin, Beethoven, Mozart ou Bach. Le tout sous licence Creative Commons. Vous trouverez également de la musique médiévale et traditionnelle, ainsi que des chansons classiques plus contemporaines.

Ce qui est intéressant, c’est que vous pouvez également trouver des partitions et du matériel pédagogique pour différents instruments de musique, et que vous pouvez effectuer une recherche par compositeur, interprète ou même par instrument. Le seul inconvénient est que vous devez également disposer d’un compte utilisateur pour télécharger les chansons. Si vous cherchez un bon site pour télécharger gratuitement de la musique instrumentale, vous allez adorer celui-ci.

Audiomack

Si Musopen a été conçu pour les amateurs de musique classique, Audiomack est axé sur des styles spécifiques tels que le hip-hop, le rhythm and blues, le trap, le reggae et les afrobeats. Mais elle comprend aussi de la musique instrumentale, un peu de musique électronique et rock et un peu de pop, qui va toujours avec tout.

La question du téléchargement illégal de musique

Le 17 janvier 2009, une lettre ouverte était adressé de la sorte à la Ministre NKM

« Le téléchargement illégal fait mal, ça détruit »

Madame le Ministre,

si c’est ainsi que vous commencez votre travail, je suis très inquiet. Cette phrase montre deux faits: premièrement, vous ne semblez pas comprendre ce qu’est la nouvelle économie portée par Internet, alors que vous êtes en charge de la prospective; et deuxièmement, vous ne semblez pas voir où sont les vrais problèmes du numérique.

Parlons du premier fait. Sans faire un cours d’économie, je dirais simplement la chose suivante: l’économie de l’immatériel est une économie d’abondance, alors que l’économie matérielle est une économie de rareté. Lorsqu’on partage un bien matériel, il se divise. Lorsqu’on partage un bien immatériel, il se multiplie. Les règles économiques qui gèrent la vente de pizza ne sont absolument pas les mêmes que les règles économiques qui gèrent la vente de la musique. J’ai déjà expliqué cela dans un ouvrage écrit en 2004 et paru aux éditions du Pommier.

Internet porte les valeurs de l’économie de l’abondance. Or, tout le jeu actuel de l’industrie du contenu (musique comme film) est de nier ce fait, et de retourner le plus possible à une économie de rareté, par exemple avec les DRM (stupidité qui est actuellement en train d’être abandonnée…) ou bien en infligeant de lourdes amendes à des “pirates” qui ont mis à disposition du contenu.

Madame le Ministre, avez-vous lu l’excellente analyse de Roberto di Cosmo en 2006, qui montrait que le modèle économique nouveau de l’Internet apportait plus d’argent au créateur que le modèle ancien ? Avez-vous regardé des sites comme Sellaband, qui sont des modèles en peer to peer où des passionnés investissent dans des créateurs  pour leur permettre de lancer un CD ? Un paru en 2002 dans le New York Times, écrit par Kevin Kelly, un des deux fondateurs de Wired magazine, montrait déjà le déplacement de la valeur dans l’industrie de la musique ?

Madame le Ministre, savez-vous ce qui va se passer si l’on continue de protéger les retardataires qui refusent de comprendre que le monde change ? C’est très simple, l’industrie du contenu va mourir, parce que toute protection empêche une industrie de se transformer en innovant. Et comment va-t-elle mourir ? Par assèchement de son catalogue. L’objectif numéro un d’un créateur moderne est de se faire connaître, et justement Internet le permet, en favorisant la transmission rapide de sa musique. Une excellente étude de 2003 publiée par la Sloan School a montré qu’Internet, au travers de l’effet “longue traine” (effet pas toujours très bien compris) avait apporté 500 millions de dollars supplémentaires à l’industrie du livre, uniquement en vendant des livres peu connus. Si elle ne pense pas la modernité, l’industrie traditionnelle du contenu va peu à peu réduire son catalogue à un mélange d’artistes vieillissants et de “Star Academy”. Ce n’est pas très palpitant…

Maintenant, deuxième point : quels sont les vrais problèmes ? Madame le Ministre, je ne me permettrai en aucun cas de faire votre métier, je me contenterai de trois simples réflexions.

En premier lieu, je citerais le problème du très haut débit. L’ADSL est une absurdité, pas seulement à cause de son débit ridicule, mais à cause de son “A”. Peu de personnes en connaissent sa signification : “Asymétrique”. car l’ADSL a été inventé par des ingénieurs des Télécommunications, qui ont raisonné en terme de vidéo à la demande. Ils ont donc privilégié le download, au prix d’un upload à très bas débit (entre 512kb/s et  1Mb/s). Ils ont raisonné culturellement en pensant un monde où les relations sont verticales; ce monde ancien que, justement, l’industrie du contenu veut maintenir.

Seulement, Madame le Ministre, Internet n’est pas la télévision, Internet est une technologie de pair à pair, horizontale. A partir de là, le citoyen veut uploader son contenu, que ce soit sur youtube, dailymotion, flickr, ou bien tout simplement pour envoyer ses photos à ses amis, à sa famille. Pourquoi diantre obérer ainsi l’upload ? Il faut donc du très haut débit symétrique. La solution existe, elle a déjà été déployée ailleurs, la fibre optique. D’autres hommes politiques ont eu le courage de construire des routes, des autoroutes, des chemins de fer. Il faut avoir le courage aujourd’hui de construire un véritable réseau en fibre optique (oserais-je rappeler ce qui est arrivé à Tours, à Orléans, qui par conformisme ont refusé le train???), et là se situe fondamentalement le rôle de l’état.

Continuons sur les grands chantiers: la mobilité est en retard en terme d’usage. Pourquoi? Essentiellement le modèle économique outrancier des opérateurs de télécommunication (savez-vous que, dès que vous surfez en dehors de la France, il vous est facturé entre 5 et 10 euros par mega-octet transféré ??? Ce n’est pas comme ça que nous aiderons nos PME à aller vendre à l’étranger…). Un quatrième opérateur, qui viendrait avec une culture Internet, des modèles économiques en pair à pair, qui aiderait par exemple à installer des Femtocells partout, cela ferait un grand bien, cela permettrait véritablement de donner les conditions d’un nouvel élan économique, au travers de l’explosion des usages en mobilité.

Autre exemple, il faut moderniser l’image des métiers de l’Internet. La DUI a lancé le portail des métiers de l’Internet, dont la deuxième version va sortir prochainement. Il est surprenant de constater que, pour beaucoup de personnes, travailler dans l’Internet signifie être assimilé à un Geek, un “nolife”, bref, à quelqu’un de perdu. C’est du gâchis. Lorsque j’ai créé en 2000 ma première start-up, et je me suis aperçu, en allant ouvrir la filiale Américaine dans la Silicon Valley, que la technologie française était extraordinairement considérée. Il ne faudrait pas que nos compétences naturelles se perdent, il faut favoriser l’enseignement de l’Internet dans l’enseignement supérieur, dans ses dimensions technologiques, économiques, sociales.

Madame le Ministre, vous savez que ce n’est pas par la consommation que nous nous sortirons de la crise, mais par la production intelligente et la valorisation de tous nos savoirs-faire. La première mission que les Français attendent de votre administration ne serait-elle pas de faire en sorte, par tous les moyens, qu’Internet soit le vecteur de transformation, et qu’il aide les entreprises à innover, et les citoyens à participer? Si la complexité chère à l’administration de notre pays vous empêche d’en avoir tous les moyens, auriez-vous au moins la rage de convaincre  les autres administrations qu’il faut travailler autrement? Car, Madame le Ministre, Internet n’est plus le monde du “OU”, mais celui du “ET”.

Le monde évolue et devient un lieu d’échange en pair à pair. Aux modèles économiques verticaux classiques de l’industrie, Internet supporte la transformation vers un modèle horizontal, de place de marché. C’est là que se situe le rôle principal de l’État: faire en sorte que cette place de marché soit porteuse de nombreuses interactions. L’État se doit de fluidifier les échanges, votre administration se doit d’y contribuer, en apportant aux entreprises et aux citoyens la meilleure infrastructure au meilleur coût. Les services y viendront par eux-même.

Madame le Ministre, laissons-donc les vieux modèles économiques mourir de leur belle mort, et construisons tous le futur, un futur qui sera supporté par un réseau à très haut débit symétrique.