transformation-numerique

Comprendre l’écart entre perception et réalité de la transformation numérique

La transformation numérique est devenue un élément tellement important de la culture organisationnelle aujourd’hui qu’il est extrêmement facile pour les intervenants d’oublier ce qu’elle signifie réellement. Le fait que ce terme ait été beaucoup utilisé récemment signifie que nous avons maintenant une disparité dans ce que les parties prenantes perçoivent à propos de ce terme, et dans la signification réelle qu’il revêt.

Cette disparité de perception et les progrès réels sont préoccupants. Les cadres supérieurs de niveau C estiment qu’ils ont fait de solides progrès vers la mise en œuvre du numérique, mais la réalité est souvent très différente. Ici, nous jetons un peu de lumière sur la transformation numérique et sur la façon dont les cadres de niveau C devraient être sur la même longueur d’onde que tout le monde pour identifier les progrès réalisés vers un avenir axé sur les données pour leur organisation.

Qu’est-ce que la transformation numérique ?

Le changement organisationnel est le fondement de la transformation des affaires numériques. En effet, changer la nature d’une organisation, c’est changer la façon dont les gens travaillent, remettre en question leurs façons de penser et les processus et stratégies de travail quotidiens sur lesquels ils comptent. Bien qu’il s’agisse des problèmes les plus difficiles, ce sont eux qui offrent les récompenses les plus intéressantes, permettant à une entreprise de devenir plus efficace, plus axée sur les données et plus agile, en profitant d’un plus grand nombre d’occasions d’affaires.

transformation-digitale

Comprendre l’écart entre la perception et la réalité de la transformation numérique

Bien que de nombreuses entreprises de nos jours aient pris des mesures pour mettre en œuvre l’intelligence artificielle au sein de leur organisation, il existe toujours un écart important entre le niveau de progrès que les cadres de niveau C croient avoir réalisé dans ce domaine et la réalité.

Pour commencer leur recherche, Tata Communications a interviewé des parties prenantes telles que des membres du conseil d’administration, des cadres de niveau C, des directeurs et des chefs de service. Tous ces professionnels ont été interrogés sur les progrès qu’ils avaient réalisés dans leur campagne d’IA sous la forme d’un pourcentage du travail total réalisé.

Les membres du conseil d’administration se sont avérés être les plus optimistes, car ils estimaient que leur organisation avait accompli 41 % du travail nécessaire à la mise en œuvre intégrale de l’IA. Il est intéressant de noter que les cadres de niveau C étaient aussi du côté supérieur, puisqu’ils ont mentionné qu’ils avaient fait 33% du travail à cet égard.

Cependant, lorsqu’il s’agissait de l’aspect opérationnel de la hiérarchie, les personnes impliquées dans le processus de mise en œuvre de l’IA pensaient différemment. Les directeurs chargés de superviser le projet pensaient que seulement 18 % des progrès avaient été réalisés, alors que les chefs de service actuels surveillaient tout ce qui se passait autour d’eux, estimant que seulement 14 % des progrès avaient été réalisés.

Cette recherche et les chiffres qui en découlent ne font que prouver qu’il existe une grande disparité dans la façon dont les cadres de niveau C perçoivent les progrès de l’intelligence artificielle, et dans la façon dont les progrès réels sont perçus.

Perception dans les marchés en développement

En outre, l’étude de Tata Communications s’est également penchée sur la perception des stratégies d’IA dans les marchés en développement. Les chefs d’entreprise des pays en développement et des pays développés ont été interrogés sur leur confiance dans le fait que l’intelligence artificielle pouvait leur permettre de se démarquer dans leur secteur.

Les chefs d’entreprise des pays en développement avaient des réponses complètement différentes de celles des pays développés. Les chefs d’entreprise des Émirats arabes unis avaient une confiance de 39 % dans l’intelligence artificielle, ce qui les distingue dans leur secteur, tandis que les chefs de file de l’Arabie saoudite et de l’Inde avaient respectivement 46 % et 41 % de confiance.

Ce chiffre semble être une montée en flèche par rapport à la confiance affichée par les chefs d’entreprise de certains des pays les plus développés du monde. Les chefs d’entreprise du Royaume-Uni et du Canada n’ont montré que 19 % de confiance que les systèmes d’IA les aideraient à prendre une longueur d’avance sur leur industrie, tandis que ceux de Singapour et d’Allemagne ont affiché respectivement 14 et 15 % de confiance. Ces chiffres s’expliquent en grande partie par le fait que les pays en développement continuent d’appliquer largement l’IA, alors que les marchés développés sont déjà passés par cette phase.

Ainsi, les entreprises du marché développé n’ont pas le sentiment que l’intelligence artificielle peut vraiment les faire ressortir. Cependant, l’exploitation de son potentiel leur rapportera certainement des dividendes.

Combler l’écart entre la perception et la réalité

transformation-numeriqueIl est extrêmement important pour les entreprises et les cadres supérieurs de prendre conscience de cet écart de perception par rapport à la réalité et de le combler immédiatement. La perception des cadres de niveau C est qu’ils sont déjà en train d’évoluer vers une mise en œuvre généralisée de l’intelligence artificielle, alors que la réalité est tout à fait différente. Dans un tel scénario, il est pertinent de noter que cette disparité peut conduire à des objectifs distincts pour l’entreprise et les cadres de niveau C.

Les cadres de niveau C commenceraient à planifier des objectifs distincts pour l’entreprise, tandis que l’entreprise elle-même serait à un niveau de croissance différent. Pour vous assurer d’augmenter pleinement le potentiel des dernières innovations et de tirer le meilleur parti de vos campagnes d’IA, il est préférable de rester à la hauteur de la réalité qui vous entoure.

Points Positifs

L’étude de Tata Communications a également mis au jour certains aspects positifs que les chefs d’entreprise du monde entier attendent de la révolution de la transmission de données de demain.

Tout d’abord, près de 34 % de tous les chefs d’entreprise interrogés dans le cadre de l’enquête ont mentionné que l’IA permettrait d’améliorer la satisfaction de la clientèle. Les analyses générées par l’intelligence artificielle aideront les entreprises à adapter leurs offres aux intérêts des consommateurs qu’elles ont. En étant en mesure de bien réagir aux besoins de leurs clients, les organisations garderont leurs clients accros pour plus.

En outre, 35 pour cent des chefs d’entreprise ont également parlé en termes élogieux du potentiel de la chaîne de blocage pour la mise sur le marché de produits de meilleure qualité. 41 pour cent des personnes interrogées étaient enthousiasmées par le lancement de l’IdO et par la façon dont il permettrait d’accroître l’efficacité des processus opérationnels. Enfin, 38 % des personnes interrogées étaient extrêmement enthousiastes quant à l’impact de l’analyse prédictive sur le marché et à la façon dont elle peut améliorer le moral général.

Les défis

De nombreux défis subsistent cependant, selon l’opinion des chefs d’entreprise interrogés par Tata Communications. 43 pour cent de tous les chefs d’entreprise estiment que les coûts représentent un défi de taille pour leur organisation. 40 % des personnes interrogées estiment que la sécurité du système et des données qui y sont stockées sera un point préoccupant pour l’avenir. Enfin, 37 % croient que la protection de la vie privée pourrait être une grande source d’inquiétude pour le système. 30 p. 100 de toutes les personnes interrogées ont également laissé entendre que le manque de compétences constituait un problème dans le système. Ce déficit de compétences est le dernier obstacle à la mise en œuvre globale de l’IA. Bien que les cadres supérieurs de niveau C aient un plan pour atteindre leurs objectifs à l’avenir, le manque de compétences adéquates chez les employés signifie qu’il y a certains obstacles en cours de route.

Conseils pour combler l’écart

Les cadres de niveau C voudraient savoir comment ils peuvent combler l’écart entre ce qu’ils perçoivent du système d’IA et ce qu’il leur offre. Cette lacune de compétences peut être comblée par les méthodes suivantes :

L’éducation

Les cadres de niveau C doivent comprendre et connaître l’importance de s’informer sur les opportunités relatives à l’IA présentes autour d’eux. Les cadres supérieurs doivent se familiariser avec les nouvelles capacités et technologies liées à l’IA qui les entourent, afin de mieux comprendre la dynamique de ce qui se passe autour d’eux.

Dans leur quête d’éducation et d’information, les cadres de niveau C peuvent recevoir des leçons de la jeune génération ou suivre des cours que certains des jeunes employés ont suivis. Les leçons tirées de ces cours les aideront à mieux comprendre tout ce qui se passe autour d’eux.

Posez des questions détaillées

Tout obstacle à la communication entre la direction et les employés devrait être éliminé, et les cadres de niveau C devraient poser des questions sur les progrès du mécanisme d’IA. Toutes les questions relatives à la sécurité, au coût et à la confidentialité du système doivent être posées ici.

transformation-digitale-infographie
Source : https://www.tatacommunications.com/press-release/tata-communications-discovers-digital-transformation-disparity-in-new-study/

You may also like

Popular News